0
  • décembre 19, 2018, 07:27:36 am
  • Bienvenue, Invité
Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Nouvelles:

Auteur Sujet: "Le vent du changement approche..." (Campagne WARCRAFT RPG)  (Lu 1168 fois)

Clement

  • Membres cotisants
  • Membres confirmés
  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 1361
  • MJ: Rogue Trader, Warcraft RPG et Z-Corps
"Le vent du changement approche..." (Campagne WARCRAFT RPG)
« le: juillet 03, 2016, 03:48:11 am »

Ce fil de discussion traitera des séances successives de la campagne  ;)

- - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Le brouillard de guerre s’est dissipé et les tambours de bataille ont cessé de raisonner depuis quelques temps déjà. Les agissements de l’amiral Portvaillant face à la Horde, en Kalimdor, provoquèrent de vifs émois chez les peuples de ces territoires (Orcs, Tauren et Trolls). Mais Thrall, vainqueur de la lutte, reprit les rênes de ses congénères et remit en place une situation stable avec ses alliés, ainsi qu’avec ses ennemis, au travers d’un traité de paix censé satisfaire les deux parties. C’est donc, sous l’œil vigilant du Chef de Guerre, que Durotar et les terres aux alentours se développèrent via le commerce et les échanges divers, fructifiant les relations et rendant prospères les affaires de la Horde. Bien que certains climats soient durs et que certaines terres soient hostiles, les peuples de la Horde continuent d’évoluer dans ces milieux qu’ils ont choisis eux-mêmes, usant humblement mais nécessairement des ressources disponibles que leurs foyers ont à offrir (sauf pour certaines organisations sans scrupules). La Guerre du "Cauchemar Reptilien" (Ou "Cauchemar d'Émeraude") est terminée. La vie a reprit son cours normal...

L’aventure des PJ commence dans les Tarides (Kalimdor).


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Résumé rassemblant les séances 1, 2 et 3.

Mois 1 - Mois 2


Les Tarides sont une vaste et aride savane. Des démons de sable tourbillonnent à travers cette région desséchée, et les canyons coupent la terre. Malgré sa nature inhospitalière, de nombreuses routes commerciales, dont la majeure Route de l’Or, traversent les Tarides. Les groupes de raids Centaures sont une menace permanente, tout comme les lions et les lézards-tonnerre. Les Orcs et les Taurens chassent les tribus de Quillboars (hommes cochons) de leurs terres, et les créatures se terrent à présent dans les Tarides. Les Nains de Forgefer ont découvert une grande ruine des Titans dans cette région, et un énorme site de fouille a rapidement jaillit autour de lui. Nommée Bael Modan, cette cité fortifiée est une halte commune pour les caravanes qui arpentent le paysage poussiéreux. La cité gobeline de Cabestan, pleine de pièces tintantes, de lumières brillantes et de débauche, se prélasse sur la côte est des Tarides.

Il existe toutefois des endroits neutres, généralement dirigés par des factions neutres aussi. Prendre l’exemple de la métropole de Cabestan, dans les Tarides (Kalimdor), est un choix approprié.
Située sur la côte est centrale de Kalimdor, Cabestan est dirigée par les Gobelins, et le montre bien. Ses rues partent dans toutes les directions, et l’architecture ne montre aucun signe de constance ou de vision commune. C’est une ville de divertissement et de commerce, où tout ce que tout le monde a toujours rêvé d’acheter – et beaucoup de ce que personne ne voudra jamais acheter – est à vendre. Casinos, maisons de jeu, bordels, restaurants chics, tavernes, tearooms, arènes de gladiateurs… Cabestan possède tout ça. Du marin le plus rustre jusqu’à la royauté la plus riche, tous peuvent y trouver leur bonheur.

Cabestan est le port le plus important de Kalimdor, et des bateaux y font fréquemment une halte pendant leur voyage. Les vaisseaux pirates reçoivent l’amnistie dans les eaux de Cabestan, apportant leur flux de personnes violentes et peu recommandables. En effet, Cabestan est un point chaud, les races de tous horizons et les membres de toutes les strates économiques et sociales se retrouvant côte à côte dans les bazars. Les vigiles gobelins (Cogneurs) sont rapides pour mater les bagarres et s’assurent que les habitants s’entendent tous bien les uns les autres.
La cité ne s’arrête jamais. Ses lumières sont allumées, ses magasins ouverts et ses services disponibles à toute heure du jour ou de la nuit. On peut également louer un transport à Cabestan, voyager via caravane, vaisseau, zeppelin ou d’autres moyens plus exotiques encore.

Chaque chose à Cabestan a son prix, bien entendu. Les Gobelins qui dirigent l’endroit sont membres du groupe appelé la Compagnie Venture et gardent toujours leurs yeux brillants fixés sur le cours de leurs affaires.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Dans une des tavernes de la ville marchande se trouvent certains individus qui ignorent encore, pour le moment, qu’ils devront faire équipe (bon gré, mal gré) en constituant un groupe. A l’heure actuelle, les PJ sont là pour différentes raisons, connues ou inconnues.

Deux Taurens profitent de leur halte pour boire un coup ensemble. Ils se comportent comme deux frères. Mais ça n’est peut-être qu’une impression.

Deux Réprouvés, assis au comptoir, discutent de leurs affaires.

Deux Nains se trouvent aussi dans l’établissement, l’un enchaînant les chopes de boissons alcoolisées tandis que l’autre, à l’écart, semble pensif dans sa réflexion. Ils n’ont pas l’air d’être en duo.

Une Humaine, accoudée au comptoir, lit un livre avec attention sans se soucier du reste.

L’ambiance générale est ponctuée par des musiques entraînantes, des chansons  paillardes, des blagues de mauvais goût, des rires gras et des chamailleries sans importance. Un Humain se dispute même avec un Troll et, tandis que le ton monte et qu’une rixe est sur le point d’éclater, les Cogneurs interviennent et expulsent ces perturbateurs. Le Gobelin qui tentait de les calmer, mal à l’aise, se tourne vers les gens présents, et finit par se diriger vers les deux Taurens et le Nain buveur, dorénavant tous les trois à la même table. En effet, le Nain prénommé Thurin fit connaissance avec les deux Taurens, appelés Burtok et Trax, qui s’avéraient être effectivement de la même parenté. Thurin leur affirma qu’il comprenait et « ralliait » la Horde, empathique à l’égard de cette faction, peu importe qu’on trouve cela étrange ou non. Les frères Taurens le prirent en sympathie et trinquèrent ensemble jusqu’à ce qu’ils soient dérangés par le fameux Gobelin embarrassé.

Il se présenta comme étant le responsable Beedle et leur proposa une mission qui consistait à ramener un objet d’importance appartenant au groupe Gentepression (dont fait partie Beedle), volé par un groupe concurrent, la Kapitalrisk, posté à la Videfange (nord-est des Tarides). Beedle soupçonnait l’objet de s’y trouver et, comme les anciens engagés ont échoués (l’Humain et le Troll expulsés), il dut se tourner vers d’autres volontaires, moyennant récompenses bien évidemment. Réussissant à convaincre les PJ, ceux-ci déclarèrent qu’ils accompliraient cette tâche et partirent de Cabestan, direction la Croisée.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Il est difficile de se frayer un chemin dans la Croisée, depuis que les hostilités entre l'Alliance et la Horde sont en plein essor. Heureusement, les Nains de Bael Modan sont considérées comme relativement peu menaçants, et on peut convaincre les gardes de la Croisée qu’un Nain veut seulement en apprendre davantage sur les ruines des Titans dans la région et progresser dans les recherches. Quelques regards suivent Thurin, mais la Horde tolère visiblement sa présence. Cet endroit est géré principalement par des Orcs, mais il est aussi peuplé par des Taurens et des Trolls. Plusieurs Réprouvés travaillent avec la Horde ici. Le chef du village se nomme Thork, un Orc qui est concerné par la défense de la ville contre les Quillboar et les Centaures. La Croisée est une halte bien utile pour les aventuriers de la Horde en voyage à travers les Tarides. Les membres de l'Alliance seraient sages de l'éviter.

Arrivé sur place, le trio de PJ s’occupa de régler quelques petites affaires (achat et revente, hébergement à l’auberge, recrutement de deux Grunts [Harg et Drog], etc) avant de décider d’un plan d’attaque sur la Videfange. Le Scout Nain partit en éclaireur et rapporta le repérage à ses partenaires. Une fois la nuit tombée, l’attaque est lancée d’abord avec discrétion avant de tourner au carnage d’une bonne dizaine d’individus affiliés à la Kapitalrisk, les deux Taurens repartant avec l’objet volé (une boule métallique pas lourde avec une lunette en verre) et le Nain (gravement amoché) sur le dos. Utilisant l’obscurité qu’offrait la nuit en guise de couverture, le trio parvint à regagner la Croisée et à déposer le blessé chez un médecin pour un retapage en règle. Se reposant de la mission réussie d’il y a quelques heures, les deux Taurens récupérèrent leurs forces et le Nain dans la matinée, remis sur pieds.

Rapportant l’objet convoité à son propriétaire, les PJ reçurent leur dû par Beedle et eurent vent d’une autre mission qui conviendrait à leur compétences : une bande de Quillboar (Hurans en français) dissidents qui commettaient des nuisances envers la Horde, ce qui était intolérable. Acceptant cette seconde mission, le trio marcha vers le Sud, jusqu’à arriver au Camp Taurajo.

De plus, les PJ firent un étrange songe, dans lesquels ils se voyaient arpenter le paysage tant vanté du Rêve d’Émeraude. Chacun, éloigné les uns des autres et isolés, se retrouvèrent plus tard via un chemin qui les menait à une clairière bien dégagée en forme ronde, tel une arène. Au fur et à mesure qu'ils marchèrent dans cette direction, l'air ambiant des lieux devenait oppressant et la végétation pourrissait à vu d’œil, tapissée de toiles d'araignées et de furoncles buboniques, le sol jonché de vermines et de terre morte. Ils arrivèrent tous en même temps devant un combat qui se déroulait entre un jeune homme inconnu, blond en armure grise normale, face à ce qui semblait être sa copie morte-vivante, en armure noire et aux cheveux grisonnant. Ce dernier prenait l'ascendant sur son adversaire et dominait l'Humain. Après une tentative désespérée du Vivant de contre-attaquer, le Mort retourna la situation à son avantage et lui planta son épée dans le flanc. Tombant à genoux puis par terre, ceux qui souhaitaient intervenir avec des sorts ou des attaques ne purent faire quoi que ce soit jusqu'à ce que les mains sorties de terre et qui les agrippaient jusque là, ne les lâche. Trax utilisa ses compétences pour soigner le blessé, et alors qu'il exécutait sa tâche, l'Humain reprenait vie, apparemment secouru par la Lumière que chacun abritait dans son coeur pour le sauver. Des filaments liquides et lumineux glissaient des PJ jusqu'à lui pour le remettre sur pieds, changeant leurs tenues par la même occasion, arborant un tabard avec un rond argenté et des faisceaux d'or sur un fond noir. Son épée s'illumina et, interpellant le mort-vivant qui se targuait d'avoir gagné, il couru dans un cri de rage vers lui et sauta par-dessus le rocher en plein centre de l'arène avant d'abattre son épée sur son ennemi. Mais le rêve prit fin dans un éblouissement commun et nul ne su quel résultat fut donné au rêve.

Ce qui était sûr, c'est que ce songe triturait les esprits et poussait le Tauren Druide à se méfier de l'avenir qu'offrait ce présage.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Le Tauren responsable du Camp Taurajo est Jorn Oeil-des-Cieux. Le camp se trouve le long de la Route de l’Or, au sud de La Croisée. Il est concerné par la défense face aux envahisseurs Quillboar, et il maintient souvent des Quillboar capturés et prisonniers. On soupçonne que si le problème des Quillboar est résolu un jour, le Camp Taurajo peut tourner son attention vers les Nains de Bael Modan, ce qui constituerait une menace pour l'excavation et pour les membres de l’Alliance.

S’arrêtant à l’auberge, habituel lieu de halte pour les étrangers et les voyageurs, une discussion concernant un Quillboar prisonnier incita les deux Taurens à aller le questionner. Un Brave (Feran), responsable de sa surveillance, leur accorda le droit d’interrogatoire. Le Quillboar s’appelait Mutiledent et confirma la position de ses congénères, dorénavant des traîtres car ils l’abandonnèrent lâchement pour avoir leur chance de fuir. Souhaitant une vengeance, il permit aux deux Taurens PJ de traquer la demi-vingtaine de renégats en échange de preuves de leurs morts : des défenses et un colifichet ornant le cou du chef Krank Sombrécrin (dent de raptor tué par lui, paraît-il). Devant choisir l’un des deux endroits possibles abritant la présence du groupe dissident, les Taurens utilisèrent l’aigle du Druide afin de repérer leurs ennemis. Une fois ceci fait, ils attendirent la nuit et réussirent même à embaucher un Brave [identité] pour les aider. Ils menèrent l’attaque avec brio et tuèrent sans trop de difficultés (à part le désarmement du Brave) la quasi-moitié du groupe composé des audacieux Quillboar ciblés. L’autre moitié arriva plus tard dans la nuit et fut massacrée en beauté.

Prenant le temps de fouiller convenablement sans rien rater les cadavres et le camp silencieux mais souillé de fluide rouge et d’organes vitaux, Burtok profita du répit accordé après la bataille pour briser les défenses des Quillboar de son imposant totem, et les ramasser afin de les montrer à Mutiledent au retour. Ils n’oublièrent pas d’emmener aussi le colifichet avec la dent de raptor.

De plus, les PJ récupérèrent l’ensemble du trésor suivant :

- Une armure en cuir cloutée (taille Quillboar).
- 7 joyaux-de-sang (pierres pas trop précieuses et courantes dans les Tarides).
- Une arbalète légère avec 6 carreaux.
- Une dizaine d’arme diverses, taille Quillboar (piques, javelines, hachettes, épées courtes).
- Une épée à deux mains, taille Quillboar (celle de Krank Sombrécrin).
- Pécule (sera fait au hasard avec un d8 = Pièces d'Argent et 1d10 x 1d4 = Pièces de Cuivre lors de la prochaine séance).
- Un document, écrit dans une langue incompréhensible, est tamponné d’une trace de sang d’un petit sabot en bas à droite.

La nuit exerce son emprise et les cigales sifflent dans les herbes hautes de ces terres arides, éclairées par la Lune dévoilée lorsque les nuages s'écartent après le combat, tandis que cette dernière guide les PJ vers la sûreté du Camp Taurajo.
« Modifié: octobre 07, 2016, 08:13:55 pm par Clement »
IP archivée
Faut arrêter de parler avec des gens. Je pourrais vous tuer, de chagrin.

Clement

  • Membres cotisants
  • Membres confirmés
  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 1361
  • MJ: Rogue Trader, Warcraft RPG et Z-Corps
Re : "Le vent du changement approche..." (Campagne WARCRAFT RPG)
« Réponse #1 le: juillet 03, 2016, 03:49:04 am »

Résumé rassemblant les séances 4, 5 et 6.

Jour 1 – Jour 2 – Jour 3 – Jour 4 (du 2ème mois)


Le groupe de PJs rentra donc au Camp Taurajo après la petite escarmouche face aux Quillboars. Ils comptaient passer une bonne nuit de sommeil en se reposant, mais furent interrompus en plein milieu de leur quiétude par l’arrivée inopinée d’une Humaines aux robes rouges et d’un Nain en armure, qui soutenaient une Orque gravement blessée. Un combattant Réprouvé aida à la tenir afin d’effectuer des soins sur le corps meurtri de la Peau-Verte féminine. Stabilisée par le médecin du camp, il prit en charge la victime d'une embuscade des Quillboars quand les témoignages de ses sauveurs furent entendus et pris en compte. Les PJs repartirent dormir après la crise, conscients qu'il leur fallait quelques heures de répit avant la reprise des projets en cours.

Se restaurant en énergie avec de bonnes boissons et des plats corrects, les PJs reprirent la route en direction de Cabestan afin d'empocher la récompense, promise par le Gobelin Beedle, suite au massacre des Quillboars. Informés de la venue de l’Aube d’argent en Durotar, et désireux de savoir quels liens ils entretiennent avec les visions du Rêve d’émeraude, les PJs se dirigèrent vers Orgrimmar, en pratiquant un détour par La Croisée, où ils prévinrent le mari de l’Orque sauvée, qui la recherchait, et où ils prirent les nouvelles colportées par les gens.

Outre la dense circulation, les "péages" redondants et les regards un peu lancés de travers sur les membres de l’Alliance que le groupe d’aventuriers contenait, les PJs atteignirent la capitale sans encombre et s’installèrent dans une auberge près de l’entrée, dans la Vallée de la Force. En se rendant à la salle du trône (Vallée de la Sagesse), les PJs rencontrèrent de nouveau Adrian, le Réprouvé Nécromancien en chemin, sortant de la Faille de l'Ombre, qui était parti s’occuper d’une affaire. Tout ce petit monde passa la Herse et demanda une audience auprès de Thrall, ou d’autres individus, chacun discutant de ses sujets respectifs. Ayant vent de rumeurs selon lesquelles des membres de l’Aube d’Argent seraient situés à une auberge proche en attendant le verdict du Chef de Guerre qui les autoriserait, ou non, à établir un camp dans la capitale, les PJs allèrent à leur rencontre.

S’y rendant tous sans trop tarder, le groupe fit la connaissance de Camerond (un Humain) et de Tramak (un Orc), avec qui ils partagèrent les informations générales des visions, récoltées par ci par là. Un rêve apparut de nouveau en pleine nuit, montrant cette fois une grosse patte griffue d’un style reptilien qui écrase les gens (dont les PJs), tandis que de sombres ailes membraneuses recouvrent le ciel d’un voile sombre et qu’un long cri sinistre est poussé par l’animal. Selon les utilisateurs de magie, les ressentis ne sont pas les mêmes concernant ce songe du Rêve d’Émeraude (les Nécromanciens et les Démonistes sont attirés, les Réprouvés sont connectés, les Mages sont menacés, les Shamans ressentent la colère de la Terre-Mère, les Druides sentent des perturbations de la Nature, etc).

Pendant ce temps, Adrian se rendit à l’extérieur de la capitale et se dirigea vers l’Ouest (ou l’Est selon la cartographie et la position des gens). Il y demanda assistance et rapporta à ses camarades que d’étranges personnes, qui ne devraient (semble-t-il) pas être là, complotaient dans l’ombre. Les ennemis repéraient facilement les communications par télépathie et restaient sur le qui-vive à l'entrée.

Rapportant leurs découvertes au Chef de Guerre, ce dernier leur déclara que ses craintes étaient confirmées et que la Lame ardente, une organisation vénérant la Légion ardente en Kalimdor et composée de parjures de la Horde, sévissait toujours. Il soupçonnait également la présence d'une taupe au sein de la cité, d'un traître encore non connu, qui transmettait des informations profitables aux parias et qui parvenait à ne pas s'exposer. Thrall attend fermement qu'il commette une erreur afin de le coincer et de rendre justice à l'égard de cet espion.

Entre temps, avant l'assaut initialement prévu sur la caverne, les PJs reçurent des lettres envoyées par des commanditaires de leurs races respectives. Les nouvelles vont bon train et chacun sait ce qu'il doit faire après lecture des missives.

Les PJs décidèrent ensuite de passer à l’action et attaquèrent le Rocher du Crâne, potentiel repère de la Lame ardente. Le groupe fut constitué de Burtok, de Trax, d'Adrian, d'Aradun et de Thurin, ainsi que de sept Grunts envoyés en renforts par Eitrigg, sage conseiller de Thrall, pour épauler les PJs dans leur nettoyage du repère souterrain. Ils y trouvèrent des cultistes et des sectateurs renégats, qu’ils tuèrent jusqu’au dernier, leur chef inclus, avec l'aide d'un nouvel arrivant inopiné, en la personne d'un Tauren Barbare nommé Ezak. Après la bataille, ils investirent la caverne et comptait la piller de tout objet matériel utile et précieux, ainsi que procéder à une dératisation en règle de la vermine scélérate et infidèle.

Voici le butin que les PJs trouvent finalement, après une fouille minutieuse des galeries :

- Une armure d’écailles (celle du chef, différente des autres en apparence).
- Une épée à deux mains (celle du chef, différente des autres en apparence).
- 2 caisses de 16 armes diverses (épées, masses, dagues, etc).
- 8 armures de cuir.
- 8 épées à deux mains.
- 11 dagues.
- Des pelles, des pioches, des outils, des brouettes, etc. EN gros, du matériel d'excavation rudimentaire pour les grandes cavités rocheuses.
- 14 Pièces d’Or, 27 Pièces d'Argent et 11 Pièces de Cuivre en guise de pécule total.
- Des robes de Sorciers et de Démonistes, des tabards, des bannières, des composants pour lancer des sorts.
- Un document écrit sur une table, au niveau de l'endroit où se trouvait le supposé chef des cultistes.
- Un étrange pendentif cristallin rouge que portait l'Orc à la peau très foncée.
« Modifié: octobre 07, 2016, 08:14:16 pm par Clement »
IP archivée
Faut arrêter de parler avec des gens. Je pourrais vous tuer, de chagrin.

Clement

  • Membres cotisants
  • Membres confirmés
  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 1361
  • MJ: Rogue Trader, Warcraft RPG et Z-Corps
Re : "Le vent du changement approche..." (Campagne WARCRAFT RPG)
« Réponse #2 le: juillet 03, 2016, 03:50:42 am »

Résumé de la séance 7.

Jours 5 – 6 – 7 – 8 – 9 – 10 – 11 (du 2ème mois)


Le groupe de PJ qui venait d’attaquer la caverne continua un petit moment ses fouilles, mais ne trouva rien d’autre d’intéressant à grappiller ou à relever dans cet amas rocheux souterrain. Se reposant un peu sur place, ils décidèrent de partir du Rocher du Crâne, non sans laisser la surveillance à 3 Grunts. Le Nécromancien Réprouvé dût même rappeler la Chasseuse Tauren à l’ordre, celle-ci perdue dans ses pensées en ayant regardée trop longtemps le feu bizarre aux couleurs improbables. Il fut étudié par quelques PJ, dont le Paladin Nain, mais sans en tirer des informations très utiles.

S’en allant de cet endroit, le groupe mit quelques jours avant de revenir à Orgrimmar. Entre temps, ils assistèrent, impuissants, à la déchéance puis au décès de Kitsu, qui apparemment, avait subi les effets secondaires d’une trop importante contemplation des flammes éthérées. Aradun ne put la soigner de ce mal et ils l’enterrèrent dignement près du lieu de son dernier souffle, au sein même de Durotar. Certains membres se demandèrent, précédemment, si rendre le corps à son peuple d’origine (les Taurens) n’aurait pas été l’action la plus juste à faire, afin qu’ils accomplissent ses funérailles en Mulgore, mais la question fut vite tranchée et la défunte ensevelie sous la terre des Orcs. Revenus à la capitale, les PJ rapportèrent, avec des preuves, la réussite de leur mission commune, amenant des réponses à certaines questions, mais également de nouvelles interrogations.

Faisant avancer l’enquête chacun par ses propres moyens en rassemblant les renseignements récoltés par-ci par-là, le groupe de PJ apprit que la Mage Humaine comptait partir à destination des Tarides, après un petit détour au sud de Durotar, tentant de remplir des objectifs précis. De plus, un Combattant Elfe de Sang s’était joint aux aventuriers, dans le but de continuer à faire son baptême du feu parmi les alliés de la Horde. Suite à quelques révélations éparses, arrivées avant et après la beuverie du groupe de PJ (qui s’est plus ou moins bien passée), les habitants d'Azeroth sont à nouveau victime d'un rêve étrange, qui suit la précédente vision : la patte squelettique géante ayant tracée des sillons au sol de la clairière forestière putride, une immense structure de glace ayant une vague forme de tour, entourée de spires acérées et froides et son tronc longée par un escalier tournoyant, émergea du sol et gela en peu de temps les PJ, le vent apportant avec lui un sentiment inconfortable.

Le lendemain, Thrall met aux arrêts un des habitants d’Orgrimmar, à savoir Neeru Lamefeu, et le maintien interné sous bonne garde, alors que des cordons militaires sont déployés et maintenus aux jonctions des parties importantes composant la ville, ainsi qu’aux entrées et sorties générales de la cité. La mise en quarantaine empêchait les allées et venues librement, sauf sur ordres des instances supérieures.

Soupçonnant la menace prochaine (la Lame Ardente, qui prévoit peut-être une attaque) de se terrer au sein des galeries du Gouffre de Ragefeu (grâce, notamment, aux avertissements d’Adrian), le Chef de Guerre prend en charge une poursuite d’éventuels renégats directement dans les tunnels, et demande à ce qu’une surveillance étroite du Rocher du Crâne soit faite, et qu’elle ne serve plus de planque aux hérétiques. Il pense également que des cachettes additionnelles, disséminées dans les territoires proches, servent à abriter d’autres sbires de la Légion Ardente. Il fallait les trouver et les vider au plus vite, sinon la Lame Ardente risquerait de s’enraciner davantage en Kalimdor.

Adrian et Ezak, mis au courant de ces faits par le leader suprême de la Horde, prévoyaient de partir en expédition vers le Pic de Brume-funeste, une montagne dissimulant hypothétiquement des parias démoniaques. Le Nécromancien évoqua aussi un refuge de traîtres au sud-est d’Orneval, sur la Colline Gangrefeu. Quant aux cavités sous Orgrimmar, le seigneur des Orcs y mobilise des troupes pour y déloger les infidèles, et par la même occasion essayer d’y faire disparaître les vieux occupants. Il compte mettre à disposition de l’équipement nécessaire au voyage du groupe expéditionnaire.

La décision devra être prise rapidement, et les aventuriers s’en iront bientôt régler le problème. Qui sait ce qui pourrait bien se passer s'il était trop tard...
« Modifié: octobre 07, 2016, 08:14:32 pm par Clement »
IP archivée
Faut arrêter de parler avec des gens. Je pourrais vous tuer, de chagrin.

Clement

  • Membres cotisants
  • Membres confirmés
  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 1361
  • MJ: Rogue Trader, Warcraft RPG et Z-Corps
Re : "Le vent du changement approche..." (Campagne WARCRAFT RPG)
« Réponse #3 le: juillet 03, 2016, 03:59:30 am »

Résumé de la séance 8.

Jour 12 - Jour 13 – Jour 14 – Jour 15 (du 2ème mois).


Les PJ débattent et s’interrogent sur leurs destinations prioritaires, au vu du nombre d’entre elles qui leur sont accessibles, de près ou de loin suivant la distance à parcourir. Elryna les informe sur quelques détails supplémentaires, qui pourraient mieux les guider dans leur traque des cultistes. Auparavant, ils reçoivent la visite (via Adrian le Nécromancien) d’un Acolyte Réprouvé du nom de Wellen, apprenti Apothicaire et peu doué au corps-à-corps, qui les rejoint dans leur expédition en tant que soutien et membre auxiliaire de leur excursion.

Quelques PJ (les Taurens Burdok et Trax) et quelques PNJ (Tristano l’Elfe de Sang et Tresh le Guerrier Réprouvé) restent à Orgrimmar, surveillant les opérations dans la cité et au Rocher du Crâne, effectuant également quelques passages préventifs afin d’éviter de nouveaux désagréments.

Ils arrivent finalement à se mettre d’accord sur la marche à suivre et prennent la décision de se rendre d’abord au sud de Durotar, avant de se mettre en route pour le Pic de Brume-Funeste. Dans le cadre de leur mission, et dans l’optique de l’accomplir dans les plus brefs délais possibles, on leur fournit des bêtes de monte et de somme, ainsi que de quoi se soigner et transporter du matériel, le tout récupéré par Ezak. Puis la troupe part en empruntant la voie principale, qui les mène à Tranchecolline.

Atteignant la ville, les PJ prennent l’initiative d’aller se reposer au sein de l’auberge à Grosk. Ils y ont le gîte et le couvert, ainsi qu’une discussion entre ce qui semble être un instructeur (Devlak) et une recrue qui l’accompagne (Granok). Ce formateur prévient qu’une bande de Vils quasits (sorte de Diablotins oranges, d'après la description de Devlak) cause des soucis dans la Vallée des Épreuves, où sont justement entraînés et préparés les futurs citoyens/soldats de la Horde, principalement les Orcs et les Trolls. Il envisage d’envoyer un raid punitif dans la caverne où ils résident actuellement, mais visiblement pas tout de suite au vu de sa motivation…

Les PJ qui s’endormirent (sauf les Réprouvés) eurent droit à un(e) rêve/vision une fois encore : tandis que les gens présent dans la clairière lugubre étaient figés sur place dans de gros blocs givrés, générés par l’apparition de cette fameuse tour glacées, entourée d’un escalier et maintenue par des chaînes encerclant des spires courbées et verglacées de différentes tailles, les témoins de la scène suivante eurent le sang refroidi en apercevant la sinistre lumière noire à l’intérieur d’une épaisse brume obscure qui émanait du haut de la structure, accompagnée d’yeux perçants, injectés de ce qui semblait être de l’énergie arcanique pure et bleue comme la glace à l’état originel. Ce regard scrutait un à un les victimes en les pétrifiant une seconde fois sur place, même si les prisons individuels des personnes touchées faisait déjà cette office. Cette vue ténébreuses avança, tel un fantôme, devant chacun des individus concernés et prononça, d’une voix caverneuse et funèbre : « votre heure est proche », avant que les rochers très frais servant de cages ne se fissure, provoquant la fin du songe.

Un peu secoué d’un tel cauchemar, les PJ se rendorment malgré tout. Mais sont réveillés, une heure plus tard et presque en même temps, par une alerte venant de l’extérieur.

Des combats retentissent, le fracas des armes qui s’entrechoquent résonne dehors, et les cris de rage des combattants de la Horde, ou ceux de panique des habitants apeurés fuyant Tranchecolline ou se réfugiant en lieu sûr, s’élèvent dans la nuit noire. Ceux qui ont une visibilité en plein air (nyctalopie) et/ou qui ont pu sentir l’odeur ambiante, via les fenêtres de la taverne, remarquent deux choses : premièrement, les ennemis sont nombreux et presque aussi imposants, voire plus pour certains, que les défenseurs de la bourgade, poussant des grognements porcins. Deuxièmement, l’odorat de quelques rares PJ permet de discerner aux alentours un relent de pourriture cadavérique, tel un charnier environnant. Ezak suppose qu’il s’agit de Morts-Vivants, mais est-ce le cas ? Il faut aller vérifier pour le savoir.

Le tenancier est aux prises avec un Homme-Cochon, qui lui est bien vivant. L’Orc parvient à l’étourdir en lui fracassant une bouteille vide sur la tête, l’affrontant avec son tesson en verre. Le groupe expéditionnaire sort du bâtiment afin de porter secours et aider tous ceux dans le besoin.

Ils assistent à une mêlée générale se déroulant devant eux, opposant des sangliers humanoïdes contre de fiers guerriers de la Horde.

Vont-ils y prendre part et y survivre ? Arrêteront-ils cet assaut venant de supposés Zombies ?
« Modifié: octobre 07, 2016, 08:14:48 pm par Clement »
IP archivée
Faut arrêter de parler avec des gens. Je pourrais vous tuer, de chagrin.

Clement

  • Membres cotisants
  • Membres confirmés
  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 1361
  • MJ: Rogue Trader, Warcraft RPG et Z-Corps
Re : "Le vent du changement approche..." (Campagne WARCRAFT RPG)
« Réponse #4 le: juillet 03, 2016, 04:03:37 am »

Résumé de la séance 9.

Jour 16 (du 2ème mois).


Ezak, Elryna, Wellen, Adrian, Aradun et Thurin finirent par se jeter dans la castagne et luttèrent face à la multitude d'Hommes-Cochons, rassemblant des Vivants et des Morts-Vivants !

Le Tauren partit au corps-à-corps et brisa des ennemis grâce à son massif totem de guerre, puisant dans sa force brut pour se tailler un chemin dans la marée hostile ; les deux Nains usèrent de leurs compétences, tantôt à distance pour l'un, au contact rapproché pour l'autre, s'encourageant via l'adrénaline du moment ou en demandant la bénédiction de la Lumière ; la Mage exerça son pouvoir des Arcanes en détournant l'attention des adversaires ou en les brûlant sur place ; le Nécromancien employa ses capacités de résurrection afin d'exploiter des cadavres et les faire bagarrer à sa place, quand il ne faisait pas exploser des torse avec l'apparition de charognards ; l'Acolyte, quant à lui, manœuvrait habilement et tirait parti de ses potions personnelles, apportant bonus, malus et dégâts selon les circonstances et les cibles visées.

Peu avant que le conflit ne se termine, en faveur des courageux soldats de la Horde, les PJ furent victime d'une odieuse trahison. En effet, au cœur de la mêlée, Wellen et Elryna eurent droit à une charge venant d'hérétiques Orcs qu'ils avaient rencontrés plus tôt dans la taverne, en la personne de l'instructeur Devlak et de la recrue Granok, censés être des alliés à la base. Le conscrit mourut, mais l'entraîneur s'en sorti avec une blessure et un Charme lancé par la Mage Humaine, permettant ensuite un interrogatoire plus ou moins concluant sans violence. Les Pj apprirent les informations suivantes, avec certains détails :

- Devlak est un usurpateur : il a prit la place d'un ancien instructeur, porté disparu officiellement, mais tué en réalité de ses propres mains. Il devait endosser ce rôle jusqu'à nouvel ordre et personne, à part son organisation (la Lame Ardente) n'est au courant de la supercherie.

- Il n'est pas le seul imposteur, mais il ne connait pas les identités des autres (apparemment, afin d'éviter les fuites, leur Chef ne transmet pas les noms des participants entre eux). Ces "espions" sont chargés de convertir les nouvelles recrues. Ou les tuer si elles ne sont pas dignes ou gênantes.

- Le leader de ce groupe (visiblement, il y a plusieurs groupes) s'appelle Yarrog Plaie-d'ombre, et se situerait dans la Vallée des Épreuves (planque imprécise). Il dirige les opérations de "Contrefaçons Humanoïdes" au sein de la vallée.

- Il affirme que la Lame Ardente n'a absolument rien à voir avec l'attaque surprise de ces Morts-Vivants. Devlak ne sait ni qui est l'instigateur de l'assaut, ni pourquoi il fut lancé sur Tranchecolline. Ni où ces Morts-Vivants se trouvaient, ni s'il en reste ailleurs.

- On apprit (mais ça, je pense que la plupart des PJ le savait déjà) que le but de la Lame Ardente est de ramener la Légion Ardente, ennemi ultime d'Azeroth et de toute vie, à l'apogée de sa puissance. Et, "accessoirement", dévaster les mondes sur le chemin de cette force démoniaque.

Entre temps, pendant l'interrogatoire, Wellen crut apercevoir une silhouette suspecte dans la nuit, qui observait les PJ revenus s'abriter dans l'auberge de Grosk. Trop loin pour être suffisamment nette, la silhouette s'en alla sans demander son reste. Elle était d'apparence plus chétive qu'un Orc ou qu'un Homme-Cochon, et semblait marcher en boitant légèrement.

En parallèle, les Grunts de la ville purgèrent les cadavres des Ressuscités par le feu des bûchers en les entassant. La désolation et la mort régnaient dans l'atmosphère ambiante. Les émanations putrides s'accrochaient aux narines avec dureté. L'odeur de charnier persistait et était rameuté par le vent. Les charognards se régalaient d'un festin trop tentant, qui leur était présenté sur un plateau d'argent. On immolait les morts de la Horde avec le respect des traditions. Près de 200 braves défenseurs périrent dans l'escarmouche. Environ 300 civils furent tués sans sommation par les Morts-Vivants. Et l'on pense que les troupes des Revenants avoisinaient le millier, pour que la cité fut autant dévastée et mise à mal. les incendies furent maîtrisés, on débutait les réparations et on cherchait à redresser la situation.

Mais comme un malheur n'arrive jamais seul, ce fut un Orc, rappliquant à dos de loup imposant, qui délivra la triste nouvelle : d'autres villages et positions de la Horde furent attaqués la même nuit, en différents endroits de Durotar et des Tarides, même en Mulgore ! (le Village de Sei'Jin, Cabestan, La Croisée, le Camp Taurajo, Sabot-de-Sang, etc... et même des avants-postes de l'Alliance, tel le site d'excavations de Bael Modan, ou bien le Donjon de Tiragarde et Fort-du-Nord. Un groupe de Morts-Vivants se dirigeant vers Orgrimmar fut, heureusement, intercepté durant son trajet nocturne.

Quelqu'un, ou quelque chose, s'amuse à étendre l'ombre d'une nouvelle menace toute proche...
« Modifié: octobre 07, 2016, 08:15:09 pm par Clement »
IP archivée
Faut arrêter de parler avec des gens. Je pourrais vous tuer, de chagrin.

Clement

  • Membres cotisants
  • Membres confirmés
  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 1361
  • MJ: Rogue Trader, Warcraft RPG et Z-Corps
Re : "Le vent du changement approche..." (Campagne WARCRAFT RPG)
« Réponse #5 le: juillet 03, 2016, 04:10:21 am »

Résumé de la séance 10.

Jour 16 - Jour 17 - Jour 18 - Jour 19 - Jour 20 - Jour 21 (du 2ème mois).


Alors que les signes de la confrontation disparaissaient peu à peu sous les précautions des habitants de Tranchecolline (ramassages et empilements des cadavres ennemis sur des chariots pour immolations préventives, bûchers funéraires ou enterrements selon les races/coutumes, rites de passages pour l’au-delà et autres formalités culturelles envers les morts alliés afin de leur apporter la paix), les ouvriers [Péons] s’acharnaient à réparer les dégâts aux structures le plus rapidement possible, et les soldats [Grunts] maintenaient la sécurité et les consignes militaires.

Au beau milieu de toute cette activité pour rendre la bourgade comme elle était avant l’assaut, un Haut-Elfe franchissait une des entrées à dos de Kodo avec un camarade Gnome. Il rencontra Elryna, qui sentit leurs auras familières de Mages venant de Dalaran, et fut amené aux restes des PJs avec Klikt le Gnome. Il s’identifia comme étant Azaren, et expliqua qu’il fut envoyé en renfort avec son collègue pour une enquête de magie néfaste, sur laquelle la Mage Humaine planchait déjà depuis 2 mois.

Les PJs se remirent des blessures reçues pendant la bataille, et décompressèrent autour de boissons alcoolisées et de nourritures matinales, se revigorant tout en débattant sur les grandes questions du moment : qui était le Réprouvé avec les Hommes-Cochons ? Pourquoi leurs versions Morte-Vivantes existaient-elles en Kalimdor ? Que fait la Lame Ardente dans ses planques ? Qu’est-ce que fout un Haut-Elfe ici ? Et bien d’autres sujets à la clé.

Le groupe se mit d’accord pour laisser le prisonnier (Devlak) aux mains de Grunts chargés de le faire comparaître devant la justice du Chef de Guerre à Orgrimmar, afin d’y être jugé pour sa trahison envers la Horde.

Pendant que les autres restaient à Tranchecolline, la petite troupe (Adrian, Wellen, Burtok, Trax, Ezak et Azaren) rassembla ses affaires et des montures avant de prendre la direction du sud de Durotar, et d’arriver à la Vallée des Épreuves après 4-5 jours de voyage tranquille. Sur le trajet, ils aperçurent certains stigmates des attaques d’Hommes-Cochons sur les villes et villages de la Horde, qui ne furent aucunement épargnés. Les gens s’interrogeaient, les uns ayant des craintes, les autres ayant confiance. L’opinion du peuple était partagée.

Les apprentis héros arrivèrent à La Tanière, lieu principal de formation des futurs citoyens et/ou combattants de la Horde, destinés à servir et protéger leur faction et leur patrie bien-aimées. Ils glanèrent quelques informations parmi les habitants de cet endroit et en tirèrent une piste, déjà abordée auparavant : une caverne au nord, envahie de Vils Quasits à ce qu’on dit, pouvant servir de cachette aux Cultistes. Les PJs décidèrent d’y aller en compagnie d’un guide Troll, et avec leurs bêtes de selles.

Les 7 individus enfourchèrent donc leurs montures, majoritairement des Kodos (sauf le guide, qui avait un Raptor), et suivirent le Troll. Mais un imprévu retarda légèrement leur avance : un trio de Scorpides sauvages s’en prit aux PJs et les attaqua sur trois fronts. Ils furent tués, mais emportèrent avec eux un Kodo et le Raptor dans la tombe.

Faisant fi de ces deux pertes, le groupe atteignit finalement la grotte en question, et s’y arrêtèrent à une cinquantaine de mètres environ, abrités derrière de gros rochers. Ses membres aperçurent, près de l’entrée, une dizaine de petits diablotins bleus qui s’amusaient (en se foutant des baffes, en lançant des boules de feu, etc). L’un d’eux toucha même l’aigle envoyé en éclaireur. Le guide choisit de rester avec les montures plus loin.

Il ne restait plus aux PJs qu'à échafauder un plan d’attaque !
« Modifié: octobre 07, 2016, 08:15:29 pm par Clement »
IP archivée
Faut arrêter de parler avec des gens. Je pourrais vous tuer, de chagrin.

Clement

  • Membres cotisants
  • Membres confirmés
  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 1361
  • MJ: Rogue Trader, Warcraft RPG et Z-Corps
Re : "Le vent du changement approche..." (Campagne WARCRAFT RPG)
« Réponse #6 le: juillet 03, 2016, 04:12:40 am »

Résumé de la séance 11.

Jour 21 (du 2ème mois).


Le groupe de PJ passa le reste de la nuit à surveiller, en alternant les tours de garde, l’entrée de la grotte où se trouvaient toujours les Vils Quasits. Aucune sentinelle ne fut postée du côté des Cultistes prétendument planqués dans cette caverne. Pas d’embuscade à déjouer.

Vers le midi, nos apprentis héros échafaudèrent un plan d’attaque rapide mais efficace. Quand l’occasion se présenta, sous la forme d’un renégat s’asseyant sur un rocher près de l’entrée, Ezak appliqua le plan et parvint à se dissimuler discrètement derrière le prétendu sbire, en passant de rochers en rochers, couvrant sa stature. Sans que le traître ne sache qu’il était déjà mort d’avance, le totem du Barbare s’abattit, fracassant le crâne de l’ennemi et l’obligeant à se retrouver dans une position plutôt… inconfortable.

Le Tauren rameuta silencieusement ses alliés d’un signe de main, signalant que la voie était libre, et les aventuriers s’engouffrèrent dans le dédale de galeries qui composait le repère de la Légion Ardente. Phénomène étrange relevé par les PJ : les petites créatures protégeant l’entrée, et proches du Cultiste, furent agitées quand il était vivant. Mais une fois mort, ces mêmes Vils Quasits proches semblèrent vidés de toute énergie. Les autres gardaient la pêche.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là, car un duo féminin (composé d’une Elfe de Sang Chasseuse et d’une Elfe de la Nuit Voleuse) rôdait dans les parages. Ils profitèrent de la distraction qu’offrait un sanglier, sur lequel les Vils Quasits balançaient des boules de feu, pour s’infiltrer à la suite du groupe de PJ. Ils tuèrent deux diablotins flagada, puis tournèrent dans un virage avant d’assister à la scène suivante.

Dans une pente en descente, face aux deux femmes, au sein d’une cavité naturelle et ronde, trois adorateurs regardaient un feu étrange et arborant des couleurs impossibles, ignominie inimaginable dans un tel univers. Celui du milieu psalmodiait des paroles dans une langue incompréhensible, tandis que les deux serviteurs, sur chacun de ses flancs, discutaient dans leur langue d’origine : l’Orcish. L’Elfe de Sang parvint à traduire leur dialogue, qui évoquait le retour triomphal et proche des Démons, ainsi que des renforts qui comptaient bientôt arriver par le feu.

Ils clamaient aussi que le Rocher du Crâne, récemment pris par des aventuriers fouineurs, allait être prochainement reconquis par les forces de la Lame Ardente, grâce au fameux moyen de téléportation. Et que lesdits aventuriers en question paieraient cet outrage, vu qu’ils venaient d’être capturés par les autres Sorcier des lieux. Une observation judicieuse de la Chasseuse révéla que des sbires traînaient et poussaient effectivement des silhouettes dans une partie plus lointaine des galeries, tout en les menaçant. N’écoutant que leur courage, le duo téméraire attaqua et massacra la demi-dizaine de renégats, surpris et impuissants face à cet assaut imprévu. Le premier mourut proprement d’une flèche dans la nuque, le second fut estourbi, le troisième décapité net, le quatrième se vautra dans son saut, et le dernier fut criblé de projectiles aux genoux. Sur l'Orc transpercé au cou, la Chasseuse récupéra un carnet, faisant office de journal de bord, avec des informations plus ou moins intéressantes. Du côté de la Voleuse, après l'affrontement, l'Elfe de la Nuit eut droit à une résurgence de visions et de paroles prononcées et visibles dans son esprit, alors que son attention fut happée pendant le combat durant un bref instant de quelques secondes. Des noms et des lieux vinrent s'afficher dans son subconscient, certains connus, d'autres ne lui disant rien du tout, tant qu'elle n'aurait pas de réponses à toutes ces hallucinations magiques et ces illusions psychiques...

Explorant plus en avant la cachette, la paire féminine se dirigea vers les dernières traces du groupe capturé. Ils tombèrent sur un hérétique en train de creuser, et le réduire définitivement au silence rapidement d’un coup de dague sur le côté de la tête. Parcourant le peu de mètres qu’il restait avant d’atteindre un embranchement, les deux Elfes décidèrent d’abord de prendre la montée à droite, et reviendraient sur leurs pas pour la descente à gauche. Le pari fut gagné : elles tombèrent sur une salle, cette fois taillée par les résidents impies à la manière d’un octogone, où les prisonniers étaient parqués, leurs corps solidement ligotés pour les plus réfractaires, ainsi que les pieds et poings liés pour le reste du groupe. Deux gardes les surveillaient et s’amusaient de leur pauvre sort actuel.

Que comptent bien faire les intrépides Chasseuse et Voleuse, libres mais en terrain hostile, ainsi que les PJ en mauvaise posture ?
« Modifié: octobre 07, 2016, 08:15:47 pm par Clement »
IP archivée
Faut arrêter de parler avec des gens. Je pourrais vous tuer, de chagrin.

Clement

  • Membres cotisants
  • Membres confirmés
  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 1361
  • MJ: Rogue Trader, Warcraft RPG et Z-Corps
Re : "Le vent du changement approche..." (Campagne WARCRAFT RPG)
« Réponse #7 le: juillet 03, 2016, 04:15:17 am »

Résumé rassemblant les séances 12, 13 et 14.

Jours 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28 (du 2ème mois).
+
Jours 1 - 2 - 3 (du 3ème mois).



Le duo féminin, ayant repéré les prisonniers, passa à l’action et tendit une mini embuscade face aux deux gardes qui surveillaient les détenus. Usant de ruse en se faisant passer pour l’un des leurs, Thélia donna le temps nécessaire à Aerwen pour tirer ses flèches, alors que la Voleuse tailladait proprement les Cultistes.

Libérant par la suite les autres PJ, ces derniers prévinrent leurs sauveuses qu’ils ont été dépouillés de leurs armements et protections, après leur capture à cause d’une rune d’alerte. S’apprêtant à aller les récupérer, le flot d’ennemi qui les détecta les força à se replier. D’ailleurs, déjà une paire de Sorcier émergea du feu étrange, prouvant que cette méthode de téléportation fonctionnait pour ceux qui appartenait au camp démoniaque. De plus, quand ils revinrent au caillou qui dissimulait leurs montures, les explorateurs découvrirent les Kodos morts (visiblement empoisonnés) et le guide Troll absent (soupçonné d’être le responsable de l’empoisonnement. Etait-il dans le camp ennemi ?). Mais Tresh, le Réprouvé Guerrier, s’était joint au groupe après les avoir quitté (au début, à Cabestan).

Refusant d’abandonner leurs équipements, les combattants fulminaient. Le Nécromancien, après une recherche et des rumeurs entendues par leurs anciens geôliers, trouva une faille dans un mur rocheux et demanda à Burtok de le briser. Ceci fait, ils tombèrent sur leurs objets confisqués, et les reprirent sans tarder avant que les Démonistes ne les en empêche.

Reprenant la route vers le sud, en direction de la Tanière, le groupe d’aventuriers n’eut droit qu’à une attaque de Raptors (pendant la nuit) durant leurs jours de périple. Entretemps, le carnet était dépiauté par Adrian le Réprouvé, qui jugeait l’ouvrage intéressant pour leur quête d’extermination.

Arrivé au camp principal de la Vallée des Épreuves, tout le monde s’occupa de ses petites affaires (vendre ou acheter des objets, se procurer des montures, se reposer, etc). De surcroît, les PJ intégrèrent deux nouveaux compagnons de voyage : un Gobelin du nom de Groggle, et un Réprouvé appelé Tolak. Ce duo de Mage, venant de Dalaran, récoltaient des informations au sujet d’émanations maléfiques qui s’intensifient dans les parages (autant en Durotar qu’aux Tarides).

Une partie du groupe se sépara pour aller à Tranchecolline, alors que l’autre se dirigeait ailleurs. L’Elfe de Sang Chasseuse partit vers le village de Sei’Jin pour tenter d’acquérir un Raptor comme monture, mais elle dût abandonner l’idée après s’être fait attaquée par des Centaures. Elle revint ensuite auprès de Thélia, Tresh, Groggle et Tolak, alors qu’Adrian et Wellen les suivait de loin.

Finalement, au lieu d’atteindre la ville servant de carrefour, les cinq membres du groupe qui étaient en avant s’arrêtèrent près du Donjon de Tiragarde, un fortin Humain qui constituait une des têtes de pont de la flotte Kul Tiras en Kalimdor. Sur place, les PJ réfléchirent à une ruse, qui échoua, avant d’attaquer la garnison d’une tour en ruine, et de dérober le contenu d’un coffre, où étaient rangés des pièces de monnaie et des ordres écrits par l’Amiral Portvaillant avant sa mort. Ils prirent ensuite la poudre d’escampette vers le nord. Parallèlement, Adrian et Wellen s’attardèrent près des lieux de l’étripage, et assistèrent à des préparatifs militaires (pour des représailles ?) et à un retour de quatre imposants navires depuis le nord de la mer (où se situe Orgrimmar). Il semblerait que les Humains souhaitent se venger…

Tout cela visualisé, les PJ se retrouvèrent à quelques heures d’intervalles à Tranchecolline, les deux Réprouvés à l’extérieur de la ville, les autres à l’intérieur en train de s’affairer à leurs offices. Mais tous les sept remarquèrent une chose flagrante et progressive : l’air ambiant changeait, devenant lourd, comme si la pression s’altérait, alors que les vents devenaient de plus en plus fréquents, faisant bouger / rouler les grains de terre aride et la poussière du sol desséché. Les plus compétents identifièrent cette modification climatique comme n'étant pas forcément naturel, mais plutôt d'origine magique.

Quoi qu’il en soit / fut, les habitants s’inquiétèrent et les PJ réagirent à ce mauvais pressentiment. Estimant qu’il valait mieux prévenir les hautes instances rapidement, Adrian et Wellen devancèrent Aerwen, Tresh, Thélia, Groggle et Tolak, qui tardèrent à prendre une décision. Par téléportations interposées (avec un court écart entre le duo qui partit à l’avance, et le quinto qui partit en retard), les PJ atterrirent à environ 1 heure de l’entrée d’Orgrimmar. Sauf que le temps leur était compté.

En effet, quand ils se retournèrent pour constater l’importante oscillation météorologique, ils n’aperçurent qu’une immense tempête. L’écrasante bourrasque déferlait du sud vers le nord, et engloutirait bientôt les aventuriers s’ils ne passaient pas la porte de la capitale avant sa fermeture ! Se hâtant au maximum, les 7 explorateurs dépassèrent le seuil avant le verrouillage de l’entrée. Mais ce fut au prix d’un brave et courageux Grunt, qui se sacrifia pour sauver un retardataire maladroit…

Reprenant leur souffle, les PJ prirent l’initiative de s’établir dans la grande cité des Orcs (aussi le foyer des autres races de la Horde). Les uns marchandaient, les autres demandaient audience auprès des dirigeants (en leur apportant des informations), et puis un troisième tiers s’attirait les foudres d’individus indignés (avec Tolak qui mendiait) ou des regards de travers (avec l’exemple de Thélia, qui était une Elfe de la Nuit, donc affiliée à l’Alliance).

Mais c’est lors d’un rassemblement dans la Vallée des Esprits, pour discuter des raisons de cette intempérie, que les PJ furent attaqués par des Cultistes de la Lame Ardente, infiltrés au sein de la population. Maîtrisant la situation avec brio (non sans que Groggle et Aerwen ne soient blessés), Adrian et Wellen amenèrent leurs captifs devant Thrall. Subissant un interrogatoire, les espions corroborèrent leur appartenance aux Cultistes, et clamèrent haut et fort que le prélude à un cataclysme futur venait à peine de commencer. Ils ajoutèrent également, avant d’être emmenés en cellules, qu’une incommensurable puissance revenait sur le devant de la scène, afin de dominer le monde et exécuter un génocide de grande ampleur, tout en annihilant les espoirs des gens libres.

À la toute fin, ils précisèrent que cet ‘’ennemi’’ (pour l’instant inconnu) était l’ancien maître des Réprouvés. En l’apprenant, ces derniers se figèrent de stupeur : serait-ce possible qu’« il » soit de retour ?
« Modifié: octobre 07, 2016, 08:16:13 pm par Clement »
IP archivée
Faut arrêter de parler avec des gens. Je pourrais vous tuer, de chagrin.

Clement

  • Membres cotisants
  • Membres confirmés
  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 1361
  • MJ: Rogue Trader, Warcraft RPG et Z-Corps
Re : "Le vent du changement approche..." (Campagne WARCRAFT RPG)
« Réponse #8 le: juillet 03, 2016, 04:18:39 am »

Résumé de la séance 15.

Jour 3 – Jour 4 (du 3ème mois).


L’interrogatoire terminé et les prisonniers emmenés en geôles, Thrall se rasseyait sur son trône et demandait à son fidèle conseiller (Eitrigg) de s’approcher, parlant tous deux à voix basse. Ils évoquaient le retour d’un vieil ennemi, qu’on pensait disparu. Puis Garrosh arriva, et ce fut à son tour de s’entretenir avec le Chef de Guerre, qui lui demandait de planifier de prochaines actions militaires. En dernier, ce fut Vol’jin qui eut droit aux directives de son ami Orc, qui requerait sa présence pour une future sortie, quand la tempête se sera dissipée. Une fois les informations assimilées, les ordres donnés et les remontrances faites (envers Tolak), le groupe de PJ qui avait assisté à l’ensemble de l’audience partit regagner ses occupations, non sans qu’Aerwen ait réussit à convaincre le chef des Trolls Sombrelances de l’accompagner à son village, pour une raison personnelle (on suppose fortement un achat de monture, plus précisément un Raptor).

Mais c’était sans compter l’intrépidité, l’audace et l’absence de scrupules de Tresh, de Tolak et de Groogle, qui fomentèrent un plan en secret (avec leurs moyens du bord pour communiquer et parachever leurs objectifs), dont l’issue serait la plus… "désagréable" pour Aerwen s’ils y parvenaient, sachant que la tentative "d’embauche" de son amie Thélia pour l’intégrer à un bordel échoua, et que l’Elfe de Sang allait servir des projets abominables, en tant "qu’outils de plaisir charnel".

Se réunissant de nuit, près de l’auberge où se situait Aerwen (Groogle servant d’éclaireur temporaire en ayant commandé une chambre à côté de la sienne), les deux Réprouvés le rejoignirent, mais remarquèrent des silhouettes plutôt louches dans la pénombre de la ville, presque entièrement endormie. S’en fichant comme de la dernière pluie, ils reprirent leur marche et s’attelèrent à passer le seuil de l’auberge où se reposait Groogle, avant de monter à l’étage et d'entrer dans la chambre du Gobelin roux, pour finaliser les préparatifs de leur entreprise nocturne et absolument perfide.

Sauf que, pour une raison inconnue (à moins que le talent ne joua un rôle là-dedans), Aerwen les attendait de pieds fermes, et s’apprêtait à défendre chèrement sa vie. Mais face au trio, qui enfonça la porte et qui entra en trombe dans la chambre (après un essai non concluant d’amadouer l’Elfe de Sang et de pénétrer discrètement en crochetant la serrure), la Chasseuse préféra s’enfuir et alerter les autorités compétentes. Apercevant deux Kor’kron, la jeune femme les sollicita en exposant ses arguments (sans preuves, toutefois), arrivant à convaincre l’un des deux d’aller au moins voir ce qui se déroulait à la taverne.

Tandis que le Kor’kron arpentait les ruelles, approchant inexorablement de l’auberge avec une implacabilité robotique et une démarche de métronome impossible à arrêter, les PJ coupables de ce kidnapping (raté de bout en bout) eurent affaire au garde d’élite, qui leur intima à tous les trois de s’expliquer, sans omettre de détails. Une fois les aveux extirpés et les témoignages récoltés les uns à la suite des autres, le Kor’kron rendit don verdict et décida de ne pas condamner les PJ (en échange d’un généreux pot-de-vin et d’une garantie que les PJ pervers ne recommenceraient plus). Ajoutant un simple avertissement de sanction plus sévère, en cas de récidive, avant de sortir de la taverne, le garde s’en alla sans demander d’autres restes. Tolak, Groogle et Tresh s’en étaient sortis. Pour cette fois.

Le lendemain, Aerwen tomba sur Groogle en plein marché dans la Vallée de la Force, et le mit en joue avec son arc. Le Gobelin, faisant semblant de ne pas comprendre, joua la comédie en paraissant outré par un tel emportement. Cela encouragea les badauds tout autour à clamer une bagarre entre ces deux individus. Mais Thrall, qui apparut derrière le Mage de petite taille, mit fin directement aux débuts d'hostilités, avec une élocution exigeant la tolérance. Il perçut juste à temps le danger, qui rôdait dans son dos, et abattit son marteau sur l’assassin qui s’était infiltré juste derrière lui, à travers la foule. La menace neutralisée, il prononça un discours endiablé prônant l’unité en ces temps troublés. Mais les vociférations, lancées avec colère et indignation par le peuple, se turent grâce à l'exhortation du leader de la Horde. Tout le monde se dispersa après cet évènement.

Aerwen alla revoir (à nouveau) Vol’jin pour connaître les modalités et les délais du départ. Laissant traîner une de ses longues oreilles, et grâce aux rumeurs des habitants, l’Elfe de Sang sut que Thrall allait tenter une sortie dans la tempête, en direction du sud de Durotar, afin (apparemment) de concilier les Humains qui s’activaient sur ses terres. Il serait accompagné par le chef des Trolls Sombrelances, et par quelques personnes sélectionnées en tant qu’escorte. Il en appelle également aux volontaires prêts à s'investir dans cet acte de diplomatie risqué.

Les aventuriers, mis au courant par la divulgation d'Aerwen, se rassemblèrent devant la porte principale de la ville, où patientait déjà Thrall et quelques uns des citoyens d'Orgrimmar consentant à soutenir leur Chef de Guerre dans cette dangereuse entreprise.

Ils attendaient les retardataires, qui disaient au revoir/adieu aux gens qu'ils aiment et chérissaient. Car pour eux, il s'agirait peut-être de leur ultime voyage, avant de retourner à la Terre-Mère...
« Modifié: octobre 07, 2016, 08:16:33 pm par Clement »
IP archivée
Faut arrêter de parler avec des gens. Je pourrais vous tuer, de chagrin.

Clement

  • Membres cotisants
  • Membres confirmés
  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 1361
  • MJ: Rogue Trader, Warcraft RPG et Z-Corps
Re : "Le vent du changement approche..." (Campagne WARCRAFT RPG)
« Réponse #9 le: juillet 03, 2016, 04:21:40 am »

Résumé de la séance 16.

Jour 4 (du 3ème mois).


Ceux comptant sortir de la capitale étaient fin prêt, délaissant la relative sécurité d’Orgrimmar au profit d’une expédition dans la tempête. Tous les PJ ne partirent pas ensemble, car Adrian et Wellen furent demandés ailleurs, pour tenter de résoudre un problème. Thrall ordonna le signal d’ouverture de la massive porte et entama des imprécations silencieuses, censées repousser la furie sableuse, aidé des mages réunis qui entourèrent le petit groupe de champs protecteurs. Un petit détour fut nécessaire pour ramener le corps du Grunt défunt dans l’intempérie auprès de ses congénères, afin d’obtenir des funérailles décents, avant de reprendre la route.

L’objectif, tout en tentant de résister un maximum à cette catastrophe météorologique, était de se rapprocher suffisamment près pour que les mages gardés en réservent usent de leur magie et effectuent une téléportation de groupe au plus près du Donjon de Tiragarde. Car oui, le but premier de cette sortie, mise sur pied par le Chef de Guerre, serait de parlementer et de calmer les tensions entre membres de la Horde et factions de l’Alliance ayant établit une tête de pont en Kalimdor, et de surcroît attaqués par le groupe de PJ imprudent, s’avérant intolérable pour la flotte de Kul Tiras !

Une fois sur place grâce à ce déplacement rapide et magique, le groupe se scinda en deux, puisque Vol’jin, après avoir accompagné son ami en territoire ennemi, décida de revenir à son village, plus au sud. Il fut accompagné par Aerwen et Groogle. Sauf que, quand ils arrivèrent, la dévastation régnait et l'odeur de charogne emplissait le nez de chacun des individus présents avec Vol'jin. C'est alors que, sans prévenir, la tempête se dissipa complètement, et révéla des individus hors-normes : des Hommes-Cochons Morts-Vivants, accompagnés de quelques Trolls, Centaures, et autres races de Kalimdor, dans le même état de non-vie. Sous la colère, Vol'jin engagea le combat, avant de se replier avec le reste du groupe jusqu'au Donjon de Tiragarde par téléportation, dans l'intention de prévenir Thrall dans les plus brefs délais.

Parallèlement, après avoir été "accueillis", lui et son groupe, par les Humains de la flotte Kul Tiras, Thrall dialogua avec le lieutenant Benedict, la discussion se transformant tantôt en débat, tantôt en dispute, puis en discours nostalgique et / ou en véhéments reproches. Mais ils furent interrompus…

Le signal du cor d’alarme retentissait, et tout le monde se précipita dehors. L’horreur s’abattit alors…

Kalimdor, terre de refuge pour les peuples de la Horde, connaissait un climat inhabituel depuis quelques temps. Durotar, patrie des Orcs et pays traditionnellement aride, se retrouvait touché par un ciel gris empli de nuages inquiétants et d’un épais brouillard, tous deux provenant de la Grande Mer. Personne ne s’attendait à des conditions météorologiques d’une telle ampleur à un tel moment, et certains se demandaient si ça n’était pas l’œuvre des Eléments, tantôt imprévisibles et capricieux, tantôt calmes et sereins. À moins que la Terre-Mère n’illusionnait ses enfants, ce qui ne serait pas la première fois.

Mais il n’en fut rien.

Et c’était déjà trop tard quand on devinait que ces enveloppes brumeuses étaient le fruit d’une manipulation magique destinée à cacher une sombre force qui empruntait ce stratagème.

Des proues apparaissaient, des contours de navires se révélaient et des voiles trouées se dessinaient, affichant un étrange pavillon porteur de mauvais augure. Des bateaux décrépis et endommagés, mais apparemment fonctionnels, surgissaient du rideau de buée en direction de la côte, à vitesse de croisière en perçant la membrane qui les dissimulait. Leurs équipages produisaient une cacophonie de bruits rauques et de râles incompréhensibles. Des lueurs bleuâtres, semblables à l’abime lui-même, saisissaient les yeux des spectateurs et la colère des marins paraissait se déverser sur l’assistance. Une profonde haine les animait. Elle constituait une de leur arme.

Ceux qui levaient la tête apercevaient une énorme structure vaguement pyramidale, lévitant en hauteur et émanant du ciel couvert, son imposante silhouette émergeant de l’abri opaque. Démesurée et sépulcral, elle jetait un linceul d’obscurité et oppressait son environnement d’une tenace aura sinistre.

L’envahisseur propageait une sensation d’angoisse et de terreur. La fraîcheur mordante qu’il dégageait n’avait rien de rassurant, et il empoignait les cœurs en désirant ôter la vie. Le personnel des vaisseaux et du bâtiment flottant n’attendait qu’une seule chose : débarquer. Vite.

Afin d’exterminer ou d’assujettir toute vie qu’ils croiseraient.

Car telle était, et est toujours, la nature de ce vieil ennemi, qui menaçait de nouveau Azeroth en y apportant la désolation.

Telle était, et est encore, la volonté de son maître, qui ne voulait et ne veut que ruine, domination, destruction et mort.

Son nom pendait aux lèvres des Vivants apeurés. Ils citaient les Morts qui ne reposaient, et ne reposent plus, en paix.

Le Fléau était de retour.

Il n’y avait vraiment pas une seule seconde à perdre, les bateaux approchant rapidement de la rive ! Les premiers navires accostant sur la plage, proche du Donjon de Tiragade, déversèrent des dizaines, puis des centaines, de créatures que l’on pensait ne jamais revoir un jour : des Morts-Vivants du Fléau. Massacrant sans pitié quiconque se dressait sur leur chemin, les guerriers ressuscités combattaient les soldats de la flotte Kul Tiras, qui tombaient coup après coup sous l’assaut violent du Fléau, leur effectif se réduisant vite à peau de chagrin. Pendant que des lignes de défense éparses et spontanées se formaient le mieux possible, les PJ s’enfuirent avec Thrall et les mages de la Horde en allant se réfugier dans les hauteurs, espérant qu’une nouvelle téléportation express soit hâtivement possible.

Heureusement pour eux, ce fut le cas après quelques minutes d’âpres luttes sanglantes. Toutefois, avant que la téléportation ne les amène loin du carnage, le groupe abandonnant les Humains à leur sort eut droit à la vision horrible d’un fort complètement encerclé, investi et débarrassé de ses occupants, qui connurent la mort, ou un destin bien pire encore, alors que le Fléau déferlait sur eux… et que des vaisseaux se détachaient de la force navale pour ensuite orienter leur cap en direction d'Orgrimmar, vers de nouveaux adversaires, et vers de nouveaux cadavres à relever pour renforcer l'armée du Fléau...
« Modifié: octobre 07, 2016, 08:16:58 pm par Clement »
IP archivée
Faut arrêter de parler avec des gens. Je pourrais vous tuer, de chagrin.

Clement

  • Membres cotisants
  • Membres confirmés
  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 1361
  • MJ: Rogue Trader, Warcraft RPG et Z-Corps
Re : "Le vent du changement approche..." (Campagne WARCRAFT RPG)
« Réponse #10 le: juillet 03, 2016, 04:24:44 am »

Résumé de la séance 17.

Jour 4 (du 3ème mois).


Orgrimmar ne s’attendait pas à une attaque si insidieuse. Alors que des citoyens tombaient malades, Adrian et Wellen, enquêtant sur l’affaire, montèrent jusqu’à la source du problème, à savoir des caisses de grains, visiblement contaminés, provoquant souffrances et douleurs aux victimes, et pire encore : la transformation en Mort-Vivant !

Tentant de contenir ce début d’épidémie, avec l’aide de l’Aube d’Argent, les deux Réprouvés ne purent, malgré tout, pas empêcher certaines Goules de semer la pagaille. Parallèlement, le groupe de PJ, téléporté depuis le Donjon de Tiragarde, parvint à atterrir devant la porte sans encombre (désormais accessible à la levée du bouclier, générée par la tempête, désormais dissipée). Mais quand les aventuriers l’ouvrirent, ils se retrouvèrent aux prises avec des Goules, qui luttaient contre les habitants de la cité. Participant à cette éradication, les protagonistes eurent fort à faire.

Seulement, alors qu’ils pensaient en avoir fini, la flotte du Fléau venue attaquer Orgrimmar passa à l’action, à travers un assaut air-sol. La portée d’entrée, défoncée par magie noire, laissa apparaître un des plus puissants et fidèles lieutenants du Roi-Liche : Kel’Thuzad en personne ! Ouvrant la marche à ses troupes et, après quelques paroles de découragements envers ses ennemis, la liche ordonna la charge générale face aux soldats de la Horde, qui répliquèrent en étant menés par Thrall.

La mêlée fut intense, et chaque PJ apporta sa contribution au conflit. Toutefois, il s’arrêta net lorsque Thrall mourut héroïquement en protégeant des civils, menacés d’un sort de ténèbres lancé par la liche. Cela déclencha un état de rage incontrôlable chez les Orcs témoins de son trépas, provoqué par le traumatisme de voir chuter leur leader bien-aimé. Ils reprirent le combat avec acharnement, jusqu’au réveil de Thrall… qui n’était plus lui-même. Relevé par Ragnaros, le Seigneur du Feu, il eut la vie sauve mais était contrôlé par l’Élémentaire, et provoqua la liche en duel. Cette dernière déclina, préférant lui proposer un adversaire de taille, et elle invoqua un avatar du Roi-Liche, fait d’ombre et de glace, qui accepta la confrontation. Sans attendre, Thrall-Ragnaros lança les hostilités et affronta son adversaire. S’ensuivit un combat aussi brutal qu’épique opposant deux entités, l’une étant un avatar maléfique, l’autre étant une des plus charismatiques personnalités d’Azeroth possédée par une force instable.

Le "Roi-Liche" dominait la majorité de cette violente querelle, avant que Thrall-Ragnaros ne se ressaisisse et ne reprennent le dessus vers la fin du combat, avorté grâce à l’intervention des PJ, qui déstabilisèrent Kel’Thuzad, responsable de l’apparition d’avatar. Décidant de se replier, le Fléau battit en retraite ordonnée, non sans un dernier défi émit par Kel’Thuzad : venir les affronter sur LEUR terrain, en Norfendre.

Après le départ du Fléau, il restait beaucoup de cadavres pour accompagner les (sur)vivants encore debout. Même s'il y en avait moins à cause des résurrections impies de Nécromanciens du Roi-Liche, le silence de mort régnant dans la cité laissait présager de sombres événements futurs. Mais pour l'instant, il fallait savoir ce qu'indiquait les flammes de Thrall-Ragnaros : le salut ou la destruction ?
« Modifié: octobre 07, 2016, 08:17:19 pm par Clement »
IP archivée
Faut arrêter de parler avec des gens. Je pourrais vous tuer, de chagrin.

Clement

  • Membres cotisants
  • Membres confirmés
  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 1361
  • MJ: Rogue Trader, Warcraft RPG et Z-Corps
Re : "Le vent du changement approche..." (Campagne WARCRAFT RPG)
« Réponse #11 le: juillet 03, 2016, 04:26:14 am »

Résumé des séances 18 et 19.

Jour 4 – Jour 5 – Jour 6 – Jour 7 – Jour 8 – Jour 9 – Jour 10 – Jour 11 (du 3ème mois).


La bataille terminée, une autre débuta assez vite ensuite : Thrall-Ragnaros, ivre de pouvoir, souhaitait tout purger dans le feu, en commençant par les PJ. Il eut du mal à les tuer car ils se défendirent, mais la résurgence de volonté du Chef de Guerre, enfouie jusqu’alors, le fit revenir à la raison. Conscient qu’il constituait un véritable danger pour tous, et que Ragnaros disputerait toujours la maîtrise du corps et de l’esprit de son hôte, Thrall attribua des pouvoirs de régence aux PJ, considérant qu’ils en étaient dignes, et leur demandant de diriger la Horde en son absence, jusqu’à sa guérison complète. Les personnages furent globalement acclamés, bien que certaines questions persistaient à leur sujet.

S’affairant aux premières tâches de réparations et de reconstructions, les Héraults de la Horde (nouveau titre des PJ jusqu’à nouvel ordre) prenaient leurs marques petit à petit dans la politique. Cependant, une affaire plutôt importante obligea Adrian et Wellen à s’absenter pour se rendre dans leur capitale, Fossoyeuse, sur l’autre continent. Y arrivant rapidement et sans trop de mal, ils laissèrent les autres Héraults se reposer et recouvrer leur santé.

Revenant à Orgrimmar en un temps plus court que prévu, et accompagné, le duo de Réprouvés eut pour idée d’aller parlementer avec les Elfes de la Nuit, directement à leur capitale, Darnassus, comme représentants officiels de la Horde. S’équipant pour le voyage, en emmenant avec eux un Kodo de somme et un Raptor "navette", les membres de la délégation diplomatique passèrent par l’entrée ouest d’Orgrimmar, et atteignirent l’accès est d’Orneval en une poignée d’heures de route. S’arrêtant au Camp de bûcherons Chanteguerres, site de déforestation de la Horde, Adrian et Wellen s’intéressèrent à un meurtre sanglant et cherchèrent des indices permettant de trouver le coupable.

Remontant une piste, qui amenait à un endroit boisé où officiaient des Déchiqueteurs Gobelins en train de récolter les tronçons d’arbres coupés par gros paquets, Le Nécromancien et le Prêtre usèrent de magie et de savoir-faire pour "cuisiner" les accusés, qui passèrent au rôle de victimes sous les tortures infligées par "la Gâchette" et Pompes-Funèbres". Néanmoins, ce fut efficace, car les auteurs du meurtre (qui n’était apparemment pas le premier) révélèrent des informations intéressantes, puis furent emprisonnés sous bonne garde, tandis que la section d’abatage par Déchiqueteurs était retirée du service (jusqu'à sa réhabilitation après une inspection poussée, afin de dénicher les autres criminels dans le coup de la KapitalRisk, une organisation ayant payé ces malfaiteurs Gobelins et qui a pour particularité de ne pas s'encombrer de regrets quand il était question de profits à travers l'exploitation extrême et maximale de ressources que recèlerait Azeroth).

Réfléchissant un instant, les deux PJ décidèrent de se faire accompagner par un Tauren, car ce genre d’individu entretenait des relations plus amicales avec les Elfes de la Nuit, puisqu’ils partageaient plus de points communs que la plupart, notamment avec la préservation de la terre et le druidisme. Embarquant Maldem avec eux, un voyageur Tauren, la délégation officielle prit le départ vers l’ouest.

Reprenant la route, et évitant les démons de la Légion Ardente rôdant au Canyon de la Malechute, les représentants diplomatiques aperçurent le Poste de Bois-Brisé, bastion rudimentaire de la Horde au sein d’Orneval. Y étant interpellés par les guetteurs des remparts, et finalement identifiés, le duo de Réprouvés et leur accompagnateur Tauren passèrent la porte ouverte et entrèrent dans le camp.

Cette halte leur permettrait de faire le point sur les actions à entreprendre pour les jours à venir. Ayant droit à une visite guidée, Adrian et Wellen, avec les autres, prirent leurs marques au sein du camp, séjournant à l’auberge et prenant note des personnes les plus intéressantes à consulter ici. De fil en aiguille, après avoir parlé à un Elfe de Sang puis à une Gobeline, les aventuriers se retrouvèrent à accomplir une mission de récupération d’un chargement en extérieur, au sud-ouest de l’avant-poste, à proximité d’une zone d'eau.

Sur place, après une brève observation, ils remarquèrent que la cargaison avait déjà été raflée par un trio, composé d’un Gobelin, d’un Gnoll et d’un Ogre. Ces derniers défaits, Adrian et Wellen interrogèrent le plus vivant des trois et apprirent que c’était encore une manigance de la KapitalRisk. Une fois le chargement ET la preuve du méfait ramenés au Poste de Bois-Brisé auprès de la Gobeline, les deux Réprouvés apprirent l’identité du responsable de ce vol, qui devait servir à instaurer une crise supplémentaire entre les Satyres et les Ogres, envenimant ainsi les tensions inter-factions.

Mais jusqu'où ce Cartel, avare et sans scrupules, était donc prêt à aller pour servir ses propres intérêts égoïstes ?
« Modifié: octobre 07, 2016, 08:17:36 pm par Clement »
IP archivée
Faut arrêter de parler avec des gens. Je pourrais vous tuer, de chagrin.

Clement

  • Membres cotisants
  • Membres confirmés
  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 1361
  • MJ: Rogue Trader, Warcraft RPG et Z-Corps
Re : "Le vent du changement approche..." (Campagne WARCRAFT RPG)
« Réponse #12 le: juillet 21, 2016, 03:02:54 am »

Résumé de la séance 20.

Jour 12 (du 3ème mois).

Pendant qu’Adrian et Wellen empêchaient l’émergence de nouvelles frictions, les autres Héraults de la Horde se réveillaient progressivement les uns après les autres à Orgrimmar, sortant de leur coma post-combat face au Fléau. Tous reprenaient leurs repères et leurs esprits, sauf Thélia qui restait évanouie. Ils furent convoqués, brièvement après leur sortie de léthargie, au Poste de Bois-Brisé par un messager, en Orneval, afin de mener un interrogatoire sur des prisonniers détenus sur place.

Car oui, peu de temps avant la téléportation des quatre PJ à cet endroit, le Nécromancien et l’Acolyte, déjà là-bas, avaient réussi à déjouer l’infiltration d’un duo d’Elfes de la Nuit, apparemment envoyés en éclaireurs pour observer l’avant-poste et rendre compte des activités de la Horde. Des questions et des réponses furent échangées entre les Réprouvés et les captifs, avant que ces derniers ne soient confiés à quelques Grunts pendant la réflexion des partisans de Sylvanas. Entre temps, le reste des PJ arriva et demanda à voir les internés pour obtenir quelques informations additionnelles.

Sauf que les Elfes de la Nuit tentèrent, et parvinrent, à s’échapper du bâtiment où ils étaient enfermés. Ils furent rattrapés et étaient sur le point d’être exécutés lorsqu’un cor d’alerte résonna. Des ennemis étaient proches, et l’ascension jusqu’aux remparts permettait de visualiser des troupes de la Légion Ardente, supérieures en effectif par rapport à la garnison du campement. Après une courte palabre annonçant mort et destruction sur les membres de la Horde, le chef des forces adverses donna l’ordre d’attaquer, et les Démons se ruèrent en avant, en direction des fortifications. Les plus rapides furent les premiers à arriver, suivis des autres, et des machines de siège pilonnant les structures en matériaux durs et les murailles en bois. Les défenseurs s’acharnaient farouchement à protéger le bastion, éclaircissant les rangs des assiégeants mais subissant également des pertes. Les PJ à peine arrivés ici se réfugièrent dans la mine proche, et y furent bloqués à cause d’un éboulement provoqués par les retombées de projectiles provenant de l’artillerie démoniaque.

Mais Adrian et Wellen se joignirent au combat, décimant l’armée maléfique à grands coups de sortilèges et de prouesses martiales, lors d’une bataille épique qui se termina, de justesse, en faveur des Héraults Réprouvés et des survivants de la Horde, qui conclurent l’affrontement par un duel face au leader antagoniste, et qui signèrent leur victoire via une décapitation en bonne et due forme. Une fois la lutte sanglante terminée, les rescapés entreprirent la reconstruction sommaire du camp, et le rassemblement des morts pour une identification globale et un hommage solennel. Ils retrouvèrent, et libérèrent, les PJ coincés dans la mine, ainsi que les deux prisonniers Elfes de la Nuit, qui furent graciés en échange d’un service d’escorte, car ils allaient devoir faire route pour Reflet-de-Lune en compagnie du Nécromancien et de l'Acolyte.

Heureusement, à travers quelques moyens propres à eux, Adrian et Wellen purent se rendre dans cette zone avec Arwen et Noxus, les deux Elfes de la Nuit anciennement détenus et qui s’avéraient être, respectivement, une Druidesse et un Voleur voyageant ensemble depuis un bon moment déjà. L’endroit était enchanteur, respirant la pureté et la sérénité de partout. Arrivés au sanctuaire, les PJ furent reçus par un conseil de Taurens et d’Elfes de la Nuit, qui visiblement les attendait pour négocier des termes d’un pacte de non-agression et d’exploitation de ressources en vue de créer une flotte d’expédition. Suite aux argumentations et aux interventions de chacun, il fut convenu d’un traité officiel en échange de quelques conditions à respecter venant des deux parties en lice. S’en allant après modifications des souvenirs du lieu de la réunion, mais en conservant l'apparence des gens et les paroles de l’événement, les PJ, satisfaits, sortirent de ce territoire sacré et isolé.

Leur attention pourrait dorénavant se porter sur d'autres préoccupations, toutes aussi importantes et à ne pas oublier.
« Modifié: octobre 07, 2016, 08:17:58 pm par Clement »
IP archivée
Faut arrêter de parler avec des gens. Je pourrais vous tuer, de chagrin.

Clement

  • Membres cotisants
  • Membres confirmés
  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 1361
  • MJ: Rogue Trader, Warcraft RPG et Z-Corps
Re : "Le vent du changement approche..." (Campagne WARCRAFT RPG)
« Réponse #13 le: septembre 20, 2016, 12:31:49 am »

Résumé de la séance 21.

Jour 12 (du 3ème mois).

Après la téléportation qui les ramena en Orneval, près de la Passe des Serres-Rocheuses, Les PJ n’eurent pas l’occasion de faire beaucoup de déplacements dans les bois, car ils furent interpellés par une poignée d’hommes armés, portant les armures des soldats humains de l’Alliance. Les fantassins, postés en embuscade, n’attaquèrent pas les aventuriers, mais les maintinrent quand même en joue et les mirent en état d’arrestation pour intrusion en territoire de l’Alliance en plein traité de paix.

Nos héros se défendirent en contre-attaquant verbalement face aux arguments peu convaincants des dix troupiers et de leur lieutenant, qui à mesure qu’on observait leurs comportements et leurs apparences, ne rendait que trop évident leur malaise face à cette situation. Sauf que, face à un certain emportement, pas du tout crédible, venant de l’officier et de ses subordonnés, le groupe d’explorateurs décida de jouer le jeu, afin de garder un avantage en réserve, et se laissa escorter comme prisonniers en direction de la route principale d’Orneval.

La suspicion des PJ, dirigée vers cette escouade d’Humains de l’Alliance, se renforçait à mesure qu'ils engrangeaient les mètres en terrain boisé, encadrés par les fantassins Humains. Ils en avaient les uniformes, certes, mais pas les habitudes guerrières, ni le savoir-faire militaire. D’autant plus qu’ils se trahirent sur le véritable camp auxquels ils avaient juré allégeance, lors d’une attaque inopinée d’un Raptor sauvage, qui fut repoussé à coup de boule d’un feu verdâtre maléfique, alors qu’il venait de boulotter un faux garde de l’Alliance. Les masques tombèrent alors : c’était des Cultistes de la Légion Ardente déguisés en individus de la faction adverse !

Sans surprise et sans attendre, les PJ profitèrent de cette opportunité d’hésitation pour attaquer les faux soldats de l’Alliance, usant de violence et sans se retenir car horripilés par un complot si mal organisé, presque insultant. Ils versèrent le sang, enfoncèrent les armures, fendirent les corps, brisèrent les os et percèrent les crânes, retournant les opposants à leur propre jeu de "celui qui trahira et tuera l’autre en premier". Après en avoir gardé trois en vie, ils les interrogèrent grâce à quelques petites libertés portées sur leurs intégrités corporelles, et obtinrent quelques informations sur des opérations en cours ou à venir, notamment à Fossoyeuse, capitale des Réprouvés, ou près d’Orgrimmar, capitale des Orcs. Les Hérauts de la Horde se débarrassèrent des Cultistes capturés, puis revinrent au Poste de Bois-Brisé.

Quels défis pourraient bien se dresser face aux PJ dans les jours futurs ?
« Modifié: octobre 07, 2016, 08:18:15 pm par Clement »
IP archivée
Faut arrêter de parler avec des gens. Je pourrais vous tuer, de chagrin.